Déroulement du démontage de la ZXR

JPEG Je n’arrivais pas à trouver de ZXR 750 J de 1992 en bon état et en bordeaux. J’ai donc décidé de jeter mon dévolu sur une ZXR 750 en bleu blanc vert classique qui me semblait être une bonne affaire pour ensuite la démonter et faire repeindre son cadre et ses carénages. J’ai finalement trouvé des carénages bordeaux d’origine en état exceptionnels mais pour le cadre il fallait bien le repeindre pour faire les choses correctement...

Avant de me lancer j’ai un peu roulé avec histoire de vérifier qu’il n’y avait pas de loup et j’ai passé beaucoup de temps sur le net à traquer des pièces en bon état. De nombreuses pièces doivent être changées, l’entretien courant est à faire intégralement, et un nettoyage méticuleux est programmé. On verra si de mauvaises surprises imprévues m’attendent...

Le démontage

JPEG Jour 1, 2 heures. Di 13/11
ÀÀÀ l’attaaaque !!! Quelques photos comme souvenirs et c’est parti. Je commence par le haut de carénage. Le rigidificateur s’enlève d’autant plus facilement que les vis sensées le maintenir à la base sont cassées. La bulle s’enlève sans difficulté, les carénages semblent vouloir venir mais je bloque sur des vis grippées, pas grave, j’arrive à le sortir en gardant les deux flancs attachés. Ça comence bien aussi sur la coque arrière jusqu’aux deux dernières vis (forcément), grippées elles aussi. J’arrive à l’avoir en virant la partie arrière avec l’aileron et le feu ; pour les vis grippées, on verra plus tard. Vient le tour du réservoir. Robinet sur OFF je dois démonter une durit et enlève l’attache sans trop savoir si je le fais bien. Il semble que oui. Surprise, les tube d’aspirateur ne mennent nulle part ! L’admission d’air se fait sous la selle !! Je classe les vis dans un petit bac à rangement. Je vire les repose-pieds passager et le repose-pied gauche (non sans galérer un peu quand même, faudrait pas déconner non plus). Rien d’extraordinaire, la moto est nue, la prochaine fois les choses sérieuses commencent.

JPEG Jour 2, 2,5 heures. Ma 15/11
Je commence par le repose-pied droit, plus chiant à cause du frein. Je démonte la bavette arrière tant bien que mal (vis oxydées, qui me permettent d’apprendre à me servir du tournevis à frapper) et commence à prendre des photos pour le remontage, notamment du faisceau. J’étiquète autant que je peux ce dernier et note que l’installation du bocal d’étrier de frein arrière doit se faire en même temps que la deuxième partie du passage de roue. J’essaye de classer et d’étiqueter les vis du mieux que je peux. En fait le top est de sortir les pièces entières et de les stocker dans des sacs plastiques avec leurs vis, comme ça pas d’erreur. Je sors la batterie en débranchant d’abord le pole négatif puis le positif (si on met un objet conducteur entre le positif et le cadre on a un beau court-circuit si le pole négatif est encore branché car il est relié à la masse : le cadre). Je replis le faisceau, dévisse, désassemble ce que je peux et je fini par arriver à sortir la boucle arrière de cadre. Je fais une vidange rapide de l’huile (moteur froid, pas grave), remet la vis de vidange puis cherche comment vidanger le liquide de refroidissement. Je m’attaque à ce qui me semble être la pompe à eau et je n’ai pas le temps de finir de dévisser une vis que le liquide me saute dessus (merde merde, la bassine, viiite ! ) ! Qu’est ce que ça shlingue ! A croire que ça a été rempli de pisse ! Je bloque sur le démontage de la boite à air et des vis rebelles retenant le garde boue arrière. Pas grave, j’ai bien avancé on continuera plus tard.

JPEG Jour 3, 1 heure. Me 16/11
Rangement, étiquetage, je démonte enfin la boite à air (pas dur mais faut savoir comment) et m’attaque à quelques vis rebelles sur le garde boue arrière. Après quelques instants d’efforts, de tournevis à frapper, de fausses joies, je fini par les sortir, technique tournevis en tangente. Ouf, je voulais pas bosser dessus mais j’ai pas pu me retenir.

JPEG Jour 4, 2 heures. Ve 18/11
Je me suis acheté les clés en 27 et 32 pour démonter la roue arrière. Je commence par démonter l’étrier de frein, enlève la goupille et après quelques tours de clé l’axe est dans ma main, roue au sol. Je remet les entretoises sur l’axe et vérifie qu’il n’y a pas de pièces succeptible de se perdre sur la roue. Je n’ai pas dévissé le pignon de sortie de boite parceque je démonterai le bras oscillant. La chaîne ne me dérangera pas. Je m’attaque par la suite à l’araignée, aux phares, commodos, maître cylindres bref toute la partie avant. Avec pas mal de photos pour pouvoir remonter, je classe les pièces et leur vis dans des sac plastique de congélation (fermables). Je continue de démonter le faisceau en l’étiquetant autant que possible. Je vire les étriers de frein avant (hyper serrés), les câbles des gazs et je dois vider le liquide d’embrayage (hydraulique) pour libérer le câble du cadre. Ah ça commence à être bien démonté. Je ne peux pas m’attaquer à la fourche, il me manque 2 clés Allen en 17 et 22 (! !) pour démonter la roue avant.

JPEG Jour 5, 0,5 heure. Ma 22/11
Enfin j’ai mes clés Allen. Je démonte donc rapidos la roue avant, en devissant les deux vis à chaque pied de la fourche puis en dévissant l’axe. J’enleve les entretoises et les remet sur l’axe pour ne rien oublier au remontage. Je me jete ensuite sur la fourche, qui se démonte elle aussi facilement, faut juste ne pas oublier de dévisser les bracelets, qui le sont sous le té de fourche. Vient le tour du radiateur, où pas mal de liquide (qui pue toujours autant !) était encore présent. Enlever les durits est emmerdant. La pièce qui retient le radiateur par le bas est rouillé et pétée, il faudra que j’en trouve une autre. Je descends la moto (ou ce qu’il en reste) sur deux pneus et j’enlève les béquilles. Ça a l’air stable, je range un poil et je m’arrête. 8 heures et ça sent la ligne d’arrivée.

JPEG Jour 5 bis, 1 heure. Ma 22/11
Les roulements de direction sont bien marqués, comme je m’en doutais. Je fini d’étiqueter le faisceau et je réussi à le virer après quelques difficultés (y’a vraiment des câbles partout !!). J’enlève le filtre à essence et en voulant avoir la partie reliée aux carbus je me prends un bonne lichée d’essence dans les yeux ! Pas glop !! Après me les être lavé avec pas mal d’eau je reprends le démontage. Les vis tenant le moteur semblent demander un outil spécial. J’enlève tout ce que je peux, j’essaye de virer des parties "à la porcasse" mais certaines ne viennt pas. Il me manque une clé de 19 et une clé Allen en 14. J’attends aussi des outils pour le bras oscillant. Bref stand-by pour le moment je ne peux pas faire grand chose de plus. Le démontage est quasi fini.

JPEG Jour 6, 1 heure. Sa 26/11
Les derniers outils manquants sont arrivés. Je démonte les biellettes de l’amortisseur, puis l’amortisseur et enfin le bras oscillant. J’enlève le patin de chaîne. Le bras oscillant est nu. Je tombe assez facilement le moteur (je n’ai pas démonté les carbus). J’ai eu une petite frayeur à cause d’écrous nécessitant un outil spécial mais en fait il ne semble pas vital car on peut les enlever sans forcer en frappant tangentiellement avec une tige en alu. Je dévisse ensuite l’axe de colonne de direction et j’enlève le té de fourche. Je retire le cadre, à présent nu lui aussi. Fin du démontage (sans toucher aux roulements), en 10 heures. Espéront que le remontage sera aussi rapide.

Il faut donc prévoir, si on a les outils et pas de galères, entre une bonne journée et une journée et demi de boulot pour tomber un cadre. Mon démontage n’a pas été volontairement assez fractionné mais ça ma permis de me reposer, réfléchir et permet de voir combien de temps prend le démontage de telle ou telle partie.

JPEG À partir de là il me reste à aller faire virer divers roulements et à faire démonter mes pneus pour mettre les jantes à nues. Je dois amener les jantes, le cadre, le bras oscillant, la boucle arrière, la fourche et quelques autres pièces pour leur faire une peinture époxy noire avec passage au four.

Pendant les deux semaines nécessaires à leur préparation, j’ai effectué un nettoyage de la moto À FOND, pièce par pièce. J’ai imprimé les photos faites avec l’APN pour pouvoir m’en servir au remontage.

Bilan du démontage : c’est un gros légo, faut des outils, de l’espace, du temps, de la méthode et tout va bien. J’ai été bloqué de nombreuses fois parceque ne possédant pas l’outil ou la technique qui va bien, mais tout a été faisable tout seul et sans outil hors du commun.

Le nettoyage

JPEG Ma 29/11. 2 heures
Avant d’amener les pièces il m’a fallu finir le démontage de quelques petits trucs encore attachés au cadre puis le nettoyer de toutes les projections de graisse et autres venant de la chaîne. J’ai aussi enlevé les roulements de direction. Même combat pour le bras oscillant, dont je ne suis pas arrivé à extraire les roulements à rouleaux ni ceux de l’attache de la bielette.

JPEG Je 1/12. 2 heures
J’ai continué le nettoyage de la boucle arrière et j’ai mis des vis dans tous les filetages (y compris du cadre et du bras oscillant) pour que la peinture ne les recouvre pas. J’ai extrait les roulements etc de la jante avant, puis nettoyé cette dernière. Par contre impossible de faire de même pour la jante arrière.

Ve 2/12. 1 heure
Nettoyage de la jante arrière, de la fourche et de quelques autres pièces puis j’ai fait un peu de rangement. A la suite de ça j’ai amené les pièces à repeindre. Ouf.

Di 4/12. 2,5 heures
Nettoyage de la couronne et du porte couronne, du patin de protection du bras oscillant, de la chaîne, du pignon de sortie de boite et de son carter. L’arrière du moteur commence à être propre. Ces conneries étaient bien salopées de graisse et j’y ai passé vachement de temps !

Ma 6/12. 4 heures
Nettoyage de la béquille, des câbles, de l’amortisseur qui remplacera l’ancien, de ses bielettes. La brosse métallique est bien efficace sur les pièces sales / rouillées, et je fini avec de la laine de fer. Les pièces grasses se nettoient grossièrement à la spatule à bois, puis à la brosse à dent trempée dans l’essence et enfin au sopalin enduit d’essence puis sec. Les disques de freins sont brossés et nettoyés à l’essence, les vis sont nettoyées à la brosse métallique. Les vis du carter du PSB sont remises graissées à la graisse silicone. Tous les axes de roues, bras oscillant, moteur etc sont dégraissés, nettoyés, brossés. La pompe à essence est nettoyée ainsi que de nombreuses pièces se mettant sur le bras oscillant, le cadre et le moteur. C’est cool de les voir reprendre vie.

Je 8/12. 1,5 heures
Après avoir fignolé le nettoyage de diverses petites pièces et noté les mesures des roulements que je vais devoir changer, j’ai attaqué le support à batterie. Une fois celui-ci propre ce fut le tour de la boite à air mais je n’ai pu la nettoyer qu’a moitié. Elle était bien crade, comme beaucoup de pièces sur cette moto décidément.

Sa 10/12. 2,5 heures
J’ai terminé de nettoyer la boite à air, je l’ai remonté et mise sur le côté. J’ai démonté ensuite la rampe de carbus et je me suis attaqué au moteur. J’ai d’abord tenté la brosse avec de l’essence mais je n’arrivais pas à atteindre tous les coins, je me suis servi d’une bombe de nettoyant à frein hyper efficace. Il laisse toutefois de petites traces de coulures. Le moteur est vraiment propre à présent mais ça m’a pris du temps (comme tout le reste d’ailleurs). Je devrai pourtant finir le nettoyage une fois le moteur monté dans le cadre et la moto sur ses roues car certaines parties me sont difficiles d’accès.

Di 11/12. 2 heures
Cette fois ce fut le tour des carburateurs. J’ai acheté une bombe de nettoyant à carbus (10 euros) et je les ai démonté. En les tournant j’ai essayé de les vider de l’essence, les vis de purge étant bouchées. J’ai ensuite démonté les cuves pour les nettoyer (le produit est super froid, il me gelait les doigts), ainsi que le flotteur. J’ai vérifié que les vis de purge n’étaient plus bouchées et j’ai démonté les chapeaux de carbus (gaffe au ressort qui le fait sauter !), et pulvérisé du produit dans le puit d’aiguille, l’aiguille, sous la membrane etc. Enfin j’ai nettoyé l’exterieur des carbus, principalement au dégraissant à frein, cher (16 euros) mais toujours bien efficace. Il faut par contre faire gaffe aux éclaboussures !!

Lu 12/12. 2,5 heures
Le faisceau va être changé mais j’ai quand même nettoyé l’ancien et fait une petite remise en forme au nouveau (qui est en super état). Je m’appercevrait que ce n’est pas le bon modèle de faisceau plus tard. Vint ensuite les bobines d’allumage, la portée des carburateurs puis le remontage de ces derniers. J’ai pulvérisé un peu de WD40 sur les entrées des carbus et autres plastiques pour qu’ils ne restent pas sec. Les dernières vis rebelles ont été vaincues. Le nettoyage nécessaire au remontage partiel est terminé. Il reste encore quelques trucs à nettoyer mais ce sera fait au coup par coup. Ça fait un mois que j’ai commencé.

J’en suis ici à 20 heures de nettoyage et je me rendrai compte par la suite qu’il reste encore pas mal de trucs à faire pour que ce soit niquel. Le totale du nettoyage au final est à mon avis plus proche des 30 heures, presque de la restauration...

Le jeu aux soupapes

Le jeu ou soupapes fait l’objet d’un article à part entière.

Ma 13/12. 2 heures
J’ai fait la première grosse opération d’entretien, le jeu aux soupapes. Il revient tous les 10 mkm sur la ZXR mais il est assez facile à faire, il suffit de pousser les linguets pour pouvoir accéder aux pastilles. Il faut par contre pouvoir les mesurer et aller s’acheter les nouvelles (si on n’a pas la chance de pouvoir toute les échanger d’une soupape à l’autre).

JPEG Ve 30/12. 1 heure
J’ai passé pas mal de temps à remettre les pastilles en place et à vérifier que le jeu était bien fait. Il reste plus qu’à refermer mais je dois attendre le joint que j’ai commandé.

Sa 07/01/2006. 1 heure
J’ai reçu le nouveau joint la veille. Nettoyage de cette merde de pâte à joint sur la porté du joint, au cutter et à la laine de fer. Pose d’un petit peu de pâte à joint (dans les demi lunes seulement) et pose du nouveau joint. Je nettoie les petite bavures. Remontage du cache ACT, le jeu aux soupapes est fini (il reste quand même à réparer et refermer le carter d’allumeur).

Ma 10/01/2006. 1 heure
Je referme le carter d’allumeur. Il faut pour cela nettoyer la portée du joint et refaire les quatre filetages foirés ça fait l’objet d’un article. Je change le joint et referme le carter. Fin du jeu aux soupapes.

La préparation au remontage

JPEG J’ai récupéré les pièces repeintes le mardi 27 décembre. Entre temps j’ai commandé plein de petites pièces nécessaires à sa bonne remise en forme et les pastilles manquantes.

La peinture d’un cadre ne se limite malheureusement pas au microbillage et à la peinture. L’époxy liquide doit être passée au four pour bien tenir et il faut donc enlever les roulements. Ceux-ci ne survivant pas à leur retrait il faut les remplacer. Sur la ZXR, deux roulements de direction : 65 euros, 4 roulements de roue : 45 euros, roulement de bras oscillant + roulements à rouleaux et roulements de bielette : 50 euros !!! Et il faut rajouter l’extraction et la repose si on n’est pas arrivé à la faire (60 euros) soit 730 euros la peinture et le reste dans mon cas. Ouch, quoi.

Me 28/12. 2 heures
J’ai attaqué les prémices au remontage. Le peintre a fait son boulot salement et de l’époxy s’est mise là où elle n’aurait pas du. Pas mal de vis on été repeintes et sont à présent impossibles à extraire. Certains filetage n’ont pas été protégé et y remettre des vis n’est pas toujours facile car je ne peux pas forcément les tarauder. Il me manque de plus quelques roulements pour pouvoir remettre le bras oscillant mais j’ai de quoi m’occuper pour l’instant.

Ve 30/12. 1 heure
J’ai continué les préparatifs au remontage par l’extraction de quelques vis rebelles, mais il y en a d’autres...

JPEG Sa 31/12. 2,5 heures
Le bras oscillant n’a plus de vis chiantes et la peinture époxy mise dans l’emplacement des roulement a été poncée. C’était long et chiant mais nécessaire. J’ai aussi bossé sur la boucle arrière pour lui virer quelques autres vis.

Ma 03/01/2006. 2 heures
Ça y est la boucle arrière n’a plus de vis emmerdantes. De la peinture époxy sur le cadre a été poncée et le siège supérieur des roulement de direction installé. Reste à le faire pour l’avant. J’ai posé les roulements (et l’entretoise) sur la roue avant. En tentant de poser le roulement arrière j’ai planté mon tournevis dedans. J’irai donc le changer et le faire poser.

J’ai donc ensuite fait poser les roulements de roue arrière et extraire les deux dernière vis rebelles (il me manquait une pince étau pour tenir la pièce).

Je 05/01/2006. 2,5 heures
La préparation de la roue avant et arrière est terminée (graissage, axe, circlip, entretoises etc). L’autre siège des roulements de direction dans le cadre est poncé et prêt. Les reposes pieds passagers sont entièrement démontés, nettoyés et installés sur la boucle arrière. Vivement le remontage, je languis.

Vendredi je suis allé récupérer quelques pièces chez le concessionnaire dont des roulements de bielette qu’il m’a posé dans le bras oscillant. Il m’a aussi posé les autres roulements du bras oscillant et celui de la colonne de direction sur le té de fourche. Gratos. Sympa.

Ve 06/01/2006. 1 heure
Remontage rapide du té de fourche dans le cadre, finition des roues avant et arrière en vue du remontage. Demain je me lance... Cool.

Le remontage, enfin

JPEG Sa 07/01/2006. 2 heures
Bon, faut que j’attaque le remontage maintenant, depuis le temps que j’attends. Donc je commence par mettre le moteur dans le cadre. Il faut qu’il soit bien axé, c’est pas très facile. Je pose les grandes vis. Je fini de préparer le bras oscillant et lui mettant ses joints, entretoies et le reste bien graissé. Je le monte sans trop de difficultés. Je pose ensuite l’amortisseur, dans le bon sens et monte les bielettes. Le moment chiant, la mise sur béquille d’atelier avant (ouch). C’est bon, c’est ok alors photo.

JPEG Di 08/01/2006. 4 heures, (une à cause d’une connerie et deux de nettoyage)
J’ai oublié un joint de bielette (dommaaage !!), après une tentative ratée d’utilisation d’un cric je me rends compte que je dois reposer la moto sur les pneus (ouinnn ). Une fois fait je remet le joint manquant, serre bien toutes les biellettes et fini de serrer quelques grosses vis du moteur. Je remonte tout sur béquille. Une heure de perdue parceque trop impatient.
Je démonte ensuite le collecteur que je vais changer. Celui ci est super rouillé (en 30Mkm ! mais 13 ans aussi) et je m’apperçois qu’il est même percé ! Donc destination poubelle. Et vient la fin du nettoyage du moteur. Pas mal de temps passé dessus (à mon avis pas loin de deux heures). C’est la partie prenant les projections de roue et le dessous qu’il me restait à faire. Après pas mal d’huile de coude et de liquide vaisselle, brosses diverses le résultat me convient. J’en ai profité pour changer le filtre à huile. Allez, il faut que je continue le remontage et durant une petite heure je remonte un collecteur en meilleur état puis la fourche, les bracelets (dont certaines vis sous le té de fourche étaient serrées au frein filet rouge : une grosse merde à ne jamais utiliser !! ) puis la roue avant. J’enlève la béquille avant. Photo, ça commence à prendre forme.

Je commence à voir le bout du remontage. En fait il y a encore pas mal de trucs à nettoyer et à réparer (filetages foirés). Viendra aussi le temps de la purge des freins avec la pose des durits aviation et du reste de l’entretien général (bougies, vidange, filtre à air, liquide refroidissement...)

JPEG Lu 09/01/2006. 2 heures, (dont une de nettoyage)
Il me tarde trop de la remonter. Je passe un petit moment à nettoyer le radiateur et une autre béquille puis les remonte. Je referme le circuit de refroidissement. Je réinstalle le bras d’attache de l’étrier de frein arrière et remonte la roue arrière avec l’attache de l’étrier et la chaîne. Je fais la tension et serre bien tout ça. La moto reprends forme... photo.

Ma 10/01/2006. 1 heure
Après avoir fini l’installation de quelques filets rapportés j’ai retaraudés quelques filetage pourris d’époxy et fait un peu de rangement.

Je 12/01/2006. 2 heures
Principalement de la préparation et du nettoyage. Ont été nettoyés la nouvelle bavette, l’araignée, le compteur, les câbles, les commodos, le repose pied et le sélecteur. Les câbles ont été graissés. Deux vis que je n’avais pas vu, bloquées par de l’époxy, ont été vaincues. Un autre filet rapporté a été posé et j’ai passé quelque temps à retrouver des vis que j’avais mal rangé.

JPEG ->/IMG/jpg/Demontage16.JPG]Ve 13/01/2006. 2,5 heures
Autre grosse étape du remontage. Je remet le lèche roue puis la boucle arrière et son support de batterie. Vient la deuxième partie de la boucle arrière avec la bavette. Je remonte le pot et remet le feu arrière. Je passe ensuite à l’avant avec le remontage de l’araignée et des feux. Le compteur est reposé et le cable de vitesse rebranché. Les commodos retrouvent leur place, les câbles de starter et des gazs sont rebranchés et les poignées remises. Le circuit d’embrayage est refait, avec le changement des joints sur la durit. Le repose pied gauche et le sélecteur retrouvent leur place. J’ai à présent plusieurs longues opérations à réaliser avant de pouvoir finir le remontage. Mais la moto commence à faire plaisir à voir, ça aide à attendre. Photo.

JPEG Di 15/01/2006. 3 heures (1,5 heure de remontage)
J’ai commencé par un peaufinage du nettoyage des carburateurs. Je n’avais pas nettoyé les puits d’aiguille, les gicleurs et deux trois autres petits trucs. C’est fait à présent. J’ai aussi remis le bac de liquide de refoidissement, l’attache de la selle arrière, l’aileron et quelques petites attaches sur le cadre et la boucle arrière.

JPEG Lu 16/01/2006. 3 heures (1 heure de remontage)
Le grand jour ! J’ai nettoyé rapidos le faisceau puis l’ai rebranché aussi assez rapidement car je prévois de le changer. La pompe à essence est rebranchée en même temps. Premier test, ça marche, les feux, clignos, point mort etc. Cool. J’ai après passé du temps à changer les bougies et à remettre l’allumage. J’ai remis les liquides (huile et refroidissement), installé le filtre à air et remonté rapidos la boite à air et le réservoir pour pouvoir la démarrer. Stress. Et la... Ça démarre pas ! L’essence vient bien aux carbus, les bougies ne doivent pas marcher. Ben oui, j’ai oublié de rebrancher l’allumage. Une fois fait, impecc !! Bon, ça fume et le ralenti est bizarre mais ça marche. Pas de fuite mais faudra peaufiner deux trois trucs par contre.

Ma 17/01/2006. 3/4 d’heure de réglage
Réglage du jeu à la colonne de direction. Réglage de la hauteur des tubes de fourche dans le té. Réglage du niveau de liquide de refroidissement. Réglage du niveau d’huile. Redémarrage un peu plus longuet pour essayer de voir ce qui ne va pas bien. La moto continue à fumer du collecteur (peut être a t’il été repeint avec une peinture non adaptée), et quand je donne des coups de gazs le régime moteur ne redescend pas tout de suite (vis de richesse de ralenti trop pauvres peut être). A suivre.

L’entretien courant, les réglages et le nettoyage auront bien rallongé le temps de travail réél. (Actuellement 66 heures).

 ??/01/2006. 3 heures.
Pas mal de temps nécessaire au nettoyage du frein arrière et du repose pied (démonté entièrement). Je l’ai remis en place et ai réglé la garde du contacteur de frein. J’ai ensuite commencé à nettoyer les freins avant.

 ??/01/2006. 3 heures.
J’ai fini de nettoyer les étriers de frein. Je les ai reposés et purgés. J’ai ensuite enlevé les durits et installé des durits avia. J’ai aussi installé le nouveau maître cylindre, un Brembo PR16 de R1 2004, revu le passage des câbles et préparé le nouveau réservoir bordeaux.

Je 17/02/2006. 1 heure.
J’ai reçu le faisceau définitif. J’ai donc vérifier qu’il se poserait bien et j’ai regardé l’éclairage. Il a fallu que je passe une optique de son ancien support sur le nouveau car je n’avais pas la partie tenant l’ampoule.

Ve 18/02/2006. 1,5 heure.
J’ai démonté la boite à air (plus rapidement que la première fois), puis les carburateurs pour régler les vis de richesse du ralenti qui sont inaccessibles sans le petit tournevis qui va bien (50 euros le bout ). Il est possible que les problèmes de régime qui ne veut pas descendre quand je coupe les gazs vienne de là, je verrai lorsque je la redemarrerai. J’ai ensuite enlevé l’ancien faisceau et nettoyé et mis en place le nouveau. Il faudra que je finisse les branchements, vérifie le passage du faisceau et que je l’attache.

JPEG Ce week end la pose du faisceau sera terminée, le nouveau réservoir posé et la moto redémarrée. Je verrai comment elle tient le ralenti, il faudra sûrement peaufiner les réglages. Si j’y arrive je purgerai les freins et l’embrayage (actuellement secs), et remonterai le haut de carénage et la coque arrière. Ca aura de la gueule et sera vraiment presque terminé.

02/07. Un an plus tard, l’épilogue...

Finir ce compte rendu jour par jour n’était pas facile car j’ai continué a acheter plein de petites broutilles pour rendre la ZXR belle comme au premier jour (comme le garde boue avant neuf, que j’ai pété la semaine dernière ). A chaque fois plusieurs semaines s’écoulaient entre la commande et le montage. J’ai aussi continué à flaner sur ebay pour trouver quelques trucs d’occasion. Je n’ai recommencé à m’en servir que vers la fin juin 2006 (je ne me pressais pas puisque je roulais essentiellement avec la R1). Et j’ai réparé les divers petits problèmes peu à peu.

Problèmes et solutions.

JPEG Il y a eu des petites broutilles comme des vis pas serrées correctement, une durit du circuit de refroidissement liquide qui fuyait, des câbles qui ne passaient pas au bon endroit mais rien de bien méchant. Lorsque j’ai démarré la moto j’ai eu beaucoup de fumée venant de je ne sais où. Pas de liquide ou d’huile sur la ligne d’échappement, rien de visible, la fumée semblait venir du collecteur. En fait c’était bien le cas. J’ai changé le collecteur car mon ancien été tellement rouillé qu’il a fini par percer. Celui que j’ai installé avait été repeint et c’est cette peinture qui faisait la fumée. Il semblerait qu’il faille utiliser une peinture spéciale chaudière pour ne pas avoir le phénomène. La fumée a fini par disparaître.

Le plus emmerdant était le régime moteur qui ne redescendait pas. Après avoir tripoté les vis de richesses du ralenti, verifié que je n’avais pas de prise d’air, mis du joint silicone là où il y aurait pu en avoir et avoir traqué les conseils sur internet j’ai fini par me résoudre à faire diagnostiquer la chose. Le mécano m’a expliqué que pour tester les entrées d’air ils faisaient démarrer le moteur et vaporisaient un peu d’essence vers les carbus, comme ça s’il y a une prise d’air l’essence va être aspirée et le régime moteur va augmenter. Pas con ! Mais ce n’était pas le cas sur ma moto, en fait c’est deux membranes que j’avais coincé en remontant les chapeaux de carbus. 80 euros le diagnostique. Je suis donc allé voir combien ça coûte neuf : 120 euros l’unité, vendue obligatoirement avec le boisseau. Gloups. Donc j’ai cherché une rampe de carbus, trouvé en Allemagne en bon état pour 80 euros. Après remplacement des membranes, plus de problème. Ahhh.

JPEG Ensuite j’ai eu une petite fuite d’huile (petite mais qui m’a bien pourri la moto). En faisant le réglage des soupapes je n’ai pas remonté une attache au bon endroit. Je l’ai mise entre le carter d’alternateur et le moteur, et non pas sur le carter. Le joint ne pouvait plus jouer son rôle d’étanchéité. Mais comme j’avais déjà une fuite à cet endroit lorsque j’ai acheté la moto (le bonhomme ayant trop visé les vis du carters et les ayant fait tenir au frein filet rouge ), et que j’y ai posé des filets rapportés, j’ai d’abord pensé que c’était le joint qui était naze et je l’ai changé... Bon, ça m’apprendra.

Ma plus grosse frayeur venait d’un shklong régulier lorsque je déplaçait la moto, semblant venir de la boite de vitesse ou de la sortie de boite. Je pensais que c’était peut être la chaîne mais dans le doute je suis allé voir un mécano. Pour lui c’était le roulement de sortie de boite qui était naze, peut être à cause d’une chaîne trop tendue ! OUARG ! Changer ce roulement exige le démontage du moteur, au bas mot 20 heures de main d’oeuvre, sans parler des joints etc... Comme j’avais repéré un moteur de ZXR 750 J avec 36000 km pour 300 euros, j’ai sauté dessus. Puis j’ai quand même fait une contre expertise (ok, j’aurai du la faire avant). En fait c’était une fausse alerte, le shklong devait venir de la chaîne parceque le deuxième mécano n’a rien vu d’anormal au niveau du roulement. Ouf, mais je me retrouvais avec un deuxième moteur...

JPEG Suite à tout ça je pouvais utiliser ma ZXR, mais je voulais d’abord continuer a rouler en R1. Or celle-ci a eu des tonnes d’emmerdes et a passé deux mois chez des garagistes. Deux mois durant lesquels j’ai pu me servir de la ZXR. Depuis le démontage / remontage j’ai parcouru 6000 km. J’ai fait analyser l’huile et le résultat était moyen. J’ai eu quelques faux points morts, la boîte parfois un peu dure puis je me suis rendu compte d’une nouvelle fuite d’huile au niveau du réceptacle d’embrayage. Encore un joint à changer mais assez compliqué celui-là. Comme j’avais un deuxième moteur dans le garage, que celui-ci avait exactement le même kilométrage que la ZXR (36 000km) et que j’avais envie de changer pour voir, je me suis lancé dans le changement de moteur. Une opération effectuée en une petite semaine (moins de douze heures). Le nouveau moteur marche très bien, je n’ai quasiment pas vu de différence avec l’ancien. Un passage au banc et une analyse d’huile acheveront la comparaison.

NB : Si tu attends expressément une réponse envoie-moi plutôt un mail ... Ils sont beauuux mes smileeeys !!!
MESSAGES
Le 24-11-2011 à 21:05:15

... je n’ai pas dévissé l’axe du té inférieur

Si la question est à cause des roulements de direction que tu n’arrives pas à enlever, c’est normal. Faut amener le té inferieur à un mécano ou se montrer très patient en tapant avec un pointeau plat les roulements par en dessous.

Bon courage

(et après, peut être que l’axe se dévisse sur certains té mais là je n’ai pas eu à y toucher)

Pascal
Le 23-11-2011 à 20:39:30

salut

je voualis savoir comment tu as fait pour dévisser l’axe de colonne de direction de ton té inferieur ?

merci

jeromedu71
Le 18-04-2008 à 14:07:39

voilà ma petite...elle est toute originale , rien a etè changeè depuis son achat dans le 1994...seulemente le pneus et l’entretien ordinaux ...maintenant je 21.000km e je l’utilise pour aller a la mer...

gabrielemaccarone
Le 18-04-2008 à 13:58:57

bonjour a tout le monde ; je m’excuse pour mon francais mais je suis italien ; je viens de lire ton travaille et je suis restè ètonnè pour ta patience ;

je achetè ma ZXR 750 j2 bordeaux dans le 1994 elle etait nouveua car elle ast restè pas vendu pendant deux anneè chez un magazin de Genova...moi j’abite près de Pescara.

De que je le vue je suis restè folgorè comme un enfant avec son jouet..

gabrielemaccarone
Le 03-11-2007 à 00:30:04

felicitation, du tres beau travail j’ai refais egalement mon zxr mais je ne l’ai pas demonté comme toi tres beau travail... je te joind l’adresse de mon site, quelques photos de mon zxr y apparaissent http://le-garage-des-motard.bb-fr.com bonne continuation motard22

yves dalet
Le 26-10-2007 à 13:17:35

Bonjour,

Chapeau bas monsieur pour la qualité des commentaires tout au long de ce démontage/réglage(s)/remontage &quot ;marathon&quot ;, que dis-je’ épique !!!

J’ai toujours entretenu mes motos, autant que possible, la dernière étant un Speed3 de 2003 ; on finit tjrs les manips le coeur et les tempes gonflés d’une certaine fierté lorsque tout semble fonctionner mais je dois avouer humblement que 3 ou 4 galaxies nous séparent... Je n’oserai jamais m’attaquer à un chantier de cette envergure et je relativiserai davantage quant à mon &quot ;expertise&quot ; (hum, hum...) !!!

Encore bravo, bravissimo... daisho34@gmail.com

daisho34
Le 15-08-2006 à 15:23:44

salut, je suis l’heureux possesseur d’un ZXR de 92, je trouve ton site super !! Il faut du courage pour entreprendre un démontage complet !!! Je devrais faire la même chose pour lui rendre sa beauté.

ferdoom
Le 03-07-2006 à 12:36:12

hé belek t’es pas le pote de gexi56 ?

çur kél te mé tarasse en dikté tro fasil

ben
Le 28-06-2006 à 21:57:07

salut je suis un fou de zxr je ne possederais ke sa parcontre je trouve le modele L 1993 plus jolie mais bon sa c les gouts et les couleurs parcontre j ai u un stinger c kler ke sa marche bien nivo moteur

belek gros
Le 12-03-2006 à 14:07:40

J’ai aussi galéré pour l’enlever mais pour la remettre j’y suis arrivé plus facilement. En fait il faut enficher la boite sur le côté de la rampe des carbus puis l’enfoncer sur tous. Y’a pas d’astuce, faut bien la positionner et appuyer fort. Tu peux bloquer la roue avant devant un mur pour éviter que la moto ne parte en avant... Si c’est pas clair contacte moi par mail.

Bon courage...

dlabaaalle
[1]